Maternage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, juin 28 2010

Sexualité

Sujet déjà abordé précédent, mais je reviens dessus parce que j'entends encore et toujours les mêmes réflexions. On dort en famille, alors les gens s'imaginent que notre sexualité est en pause depuis la naissance de notre fille. Si, je vous jure, les gens croient vraiment ça. Ils ne doivent pas assez nous connaître :)

C'est gênant car le sujet est tout de même intime, hein. Moi, je ne vous demande pas combien de fois par semaine vous faites l'amour. Mais les gens auraient besoin de statistiques sur NOTRE vie de couple pour arriver à croire que oui, on a une vie sexuelle bien que nous dormions avec notre fille. Je sens que je vais finir par faire des graphiques avec le nombre d'ébats, de câlins, la fréquence par pièce et tout et tout. Et je sens qu'après les avoir vus, il y a des pères qui vont réclamer à leur femme de pratiquer le cododo aussi, finalement.

Je ne dis pas que l'arrivée d'un enfant dans la vie d'un couple ne bouleverse pas les habitudes et l'intimité. Mais cododo ou pas, je pense que tous les couples attendent que leur bébé dorme pour batifoler, non? Perso, si ma fille pleure dans la pièce d'à côté, je n'ai pas trop la tête à cajoler mon mari. Donc, il y a deux solutions: soit on attend qu'elle dorme, soit on profite des moments où elle n'est pas avec nous (quand elle est avec sa grand-mère... ou son tonton - merci le tonton lol). Et quand elle dort dans la maison, qu'est-ce que ça peut nous faire qu'elle dorme dans une pièce ou une autre? On a un grand salon avec un super canapé tout neuf et hyper confortable, deux chambres avec plusieurs lits et matelas, une salle de bain avec baignoire, deux couloirs, un escalier... bref, 69m2 disponible (c'est pas un jeu de mot, c'est la vraie superficie de notre duplex). Et on a aussi 24h par jour, exploitable à souhait.

Quand on a fini nos jeux d'adultes, on mange, on boit, on regarde la télé, on parle, et puis à un moment on va au lit, et là c'est une nuit de tendresse familiale sans équivoque. La nuit, on dort, on s'enlace, on se fait des bisous et des câlins tous les 3, la petite tète, on s'emmêle les jambes, et il n'y a rien de malsain. On n'est pas non plus en manque, on a eu notre compte à un autre moment. Au réveil, on peut aussi laisser la petite faire la grasse matinée et commencer la journée par nos ébats hors de la chambre...

Oh et puis tant que je suis dans le sujet, j'ai envie de pousser un gros coup de gueule sur la pilule. Quand on nous avertit des effets secondaires, on ne nous parle que de prise de poids. La "baisse de libido" est bien notée sur les notices, mais chut, c'est tabou, on n'en parle pas. Et surtout, c'est insidieux, on ne s'en rend pas compte, ça se fait petit à petit. Mais quand on l'arrête, qu'est-ce que ça fait du bien d'être à nouveau inondée d'hormones!

J'ai eu mon retour de couches, après 27 mois sans règles (grossesse + 18 mois). Difficile de juger si c'est l'allaitement long qui me le bloquait tout ce temps, ou si ce n'était que la pilule, même sous-dosée. Je pencherai quand même pour l'allaitement, car il y a quand même eu un sacré laps de temps entre l'arrêt de la pilule (Microval, car j'avais pris Cérazette un mois juste après l'accouchement, mais elle me donnait des saignements quotidiens) et le retour de couches. Et même si le bébé 2 n'est pas du tout à l'ordre du jour, je ne compte pas reprendre de pilule avant bien biiiien longtemps! Après tout, il existe des méthodes de contraception sans hormones, et ce n'est pas parce qu'on est marié que c'est interdit, non?!!

Allez, j'arrête mon blabla, soyez pas jaloux, hein, mais notre vie sexuelle se porte à merveille :) merci à tous ceux qui ont l'air de tellement s'inquiéter pour nous!

mardi, mai 11 2010

Changer la routine de sommeil dans le lit familial (dr Jay Gordon)

Version française, traduite par une Canadienne du programme desevrage nocturne du Dr. Jay Gordon. http://www.drjaygordon.com/development/index.asp

Changer la routine de sommeil dans le lit familial (dr Jay Gordon)

Avertissement: Je ne veux jamais voir mes idées appliquées à un enfantde 4 ou même de 7 mois. En fait, je ne suis pas très favorable à l'idée de pousser le sommeil nocturne d'un enfant, mais je sais que parfois ce sera fait de toute façon, alors je voudrais offrir uneméthode douce pour après la première année du bébé .Avant d'aller plus loin, laissez-moi exprimer ma préoccupation principale. Les bébés sont mieux lorsque l'on répond à toutes leursattentes et à tous leurs besoins de notre mieux. La plupart desfamilles que je rencontre dans ma pratique pédiatrique dorment dans unlit familial. Leurs bébés ont tendance à être allaités pour plus d'unan et ne dorment pas mieux la nuit que la plupart d'entre nous leferaient si nous dormions à quelques centimètres du meilleurrestaurant en ville en sachant qu'il était ouvert 24 heures par jour. Cet arrangement n'est pas seulement adéquat et tolérable, mais il estmême plus facile pour les mères, qui peuvent simplement se retourner,allaiter un moment et se rendormir plutôt que de sortir du lit pourallaiter ou encore de refuser d'allaiter et de rendormir leurs bébésd'une autre façon.Beaucoup de parents continuent cette routine la première année et loindurant la seconde et même plus tard, mais certains s'en fatiguent, ousont simplement fatigués, après un certain temps et cherchent desmoyens de changer les choses. La chose la plus triste est que certainsparents pensent que le sevrage total est le meilleur moyen de dormirplus. Ils choisissent de ne pas envisager plutôt le sevrage nocturne.Il y a des douzaines de livres et d'articles qui insinuent qu'ilexiste une manière rapide et facile de faire que bébé dorme toute lanuit. Je n'en ai encore jamais lu qui dise la vérité: ce n'est pasfacile, c'est rarement rapide, et c'est habituellement un peu bruyantet triste pour quelques nuits.....ou plus.J'ai une meilleure alternative que de sevrer complètement ou delaisser le bébé pleurer. Les bébés se réveillent pour l'interractionoptimale avec leur mère: se rendormir en étant allaité. Si on leuroffre un peu moins que cela pour quelques nuits, puis encore un peumoins et encore moins pour les nuits suivantes, la douce modificationde notre comportement les amènera réaliser que ça ne vaut pas lapeine de frapper à la porte d'un restaurant fermé.Je ne recommande pas de changements de la routine du sommeil pendantla première année de vie. La seule exception serait dans le cas d'uneurgence médicale chez la mère. Beaucoup de livres donnent dessuggestions pour pousser un bébé à dormir toute la nuit pendant lespremiers mois ou la première année. Je ne crois pas que cela soit lameilleure chose à faire, et je suis convaincu que le plus tôt un bébéreçoit une "non-réponse" de la part de ses parents, plus il estprobable qu'il se fermera au moins un peu.Ne vous méprenez pas. J'adore le lit familial et le sevrage induit parl'enfant et le calinage tout au long de la première année, deuxièmeannée, troisième année et plus si ça fonctionne et que la famille vabien. Ne laissez personne vous convaincre que c'est un mauvais choixou qu'il n'y aura pas moyen de le sortir de votre lit si vous ne lefaites pas maintenant. Ne croyez pas les gens qui vous disent que lesbébés qui reçoivent des calins et qui sont allaités toute la nuitn'apprennent jamais à se calmer eux-mêmes ou ne deviennent jamaisindépendants. Ce n'est tout simplement pas vrai, mais ça fait vendredes livres et le mythe demeure dans notre culture.Certaines mères ne veulent simplement pas faire ça après quelques moisou années et il devrait y avoir un autre choix que la simpledichotomie laissez pleurer / allaiter toute la nuit. Voici ce que je recommande pour les bébés plus âgés :Choisissez les 7 heures de sommeil qui sont les plus importantes pourvous. Je préfère de 11pm à 6am, mais vous avez peut-être un autreavis.Changez les règles pour cette période et soyez certain que lapersonnalité bien construite d'un enfant qui a dormi dans le litfamilial saura s'ajuster à ce changement et au fait d'avoir tout cequ'il veut presque tout le temps. C'est le mot que l'on doit apprendreà ce bébé: presque. Si seulement on pouvait lui expliquer que lesmamans et papas fatigués amènent moins souvent leurs enfants au parc,au zoo ou à la montagne que les parents bien reposés (et c'estimpossible), il se retournerait et nous laisserait dormir jusqu'aumatin.J'esssaie de faire ceci dans un intervalle de 3/4 jours.Je présume que vous avez un bébé de 12, 15, 20 ou 30 mois en santé quiaime se réveiller chaque 2-4 heures pour être nourri, caliner,...Je présume aussi que les deux parents sont d'accord sur le fait qu'ils'agit de la meilleure chose à faire. Le plus important est que vousêtes prêts à aller en ligne droite jusqu'au but qui est d'avoir 7heures de sommeil consécutives.La raison du dernier point est que si votre bébé apprend que pleurerpendant une heure va lui permettre de boire, alors vous aurez fait ungrand pas en arrière. C'est le meilleur programme que j'ai vu, mais ilest loin d'être facile. Et encore une fois, j'aime bien ce que vousavez fait jusqu'à maintenant : allaiter toute la nuit, caliner,... Nechangez pas cela avec mon programme si vous êtes heureux de continuerà le faire.Les 3 premières nuitsÀ n'importe quel moment avant 11h (même 10h58), allaiter pour lerendormir, calinez pour le rendormir,... Mais cessez d'offrir le seinpour le rendormir après 11pm. À la place...Quand votre bébé se réveille, prenez-le, calinez-le, allaitez-le, maisassurez vous qu'il ne s'endorme pas sur le sein. Calinez-le,caressez-lui le dos jusqu'à ce qu'il s'endorme, mais ne le remettezpas au sein. Il doit s'endormir en étant réconforté par vous, maissans le sein.Il va vous signifier qu'il est faché et qu'il déteste cette nouvelleroutine. Je le crois. Il va aussi essayer de vous signifier qu'il apeur. Je crois qu'il est faché, mais un bébé qui a passé des centainesde nuit collé contre vous n'est pas effrayé de s'endormir avec votremain sur son dos et votre voix dans son oreille. Faché, oui, effrayé,non, pas vraiment.Durant ces trois premières nuits, répétez cette routine seulementaprès qu'il ait dormi. Il peut dormir pour 15 minutes ou pour 4heures, mais il doit dormir avant d'être allaité de nouveau et pris denouveaux.Ces nuits vont être difficiles.Vous allez peut-être décider que vous n'êtes pas prêts pour ça. Il n'ya pas de problème. Arrêtez et recommencez dans quelques mois si vousvoulez. Choisir le bon moment est crucial, et plusieurs parentschoisissent un moment suggéré par les amis, le docteur ou la famille.Ça ne fonctionne pas aussi bien.Est-il meilleur de faire cela dans le lit familial, dans un berceaudans la chambre des parents ou dans une autre chambre? Je préfèrecontinuer le lit familial, même si ça semble plus difficile au début,mais il m'a toujours semblé plus difficile de sortir et de remettre unenfant dans le berceau. Pourtant, un berceau ou un lit d'enfant dansvotre chambre peut être la meilleure solution pour vous. Une autreoption pour agrandir les limites de votre lit est de mettre un autrematelas collé au votre. Un peu plus d'espace pour chaque membre de lafamille peut aider à régler certains problèmes de sommeil. Le choixqui me plait le moins est de mettre l'enfant, dans un lit dans uneautre pièce.Encore une fois, de 11pm à 6am, prenez-le et nourrissez-le rapidement,posez-le éveillé, et parlez-lui, caressez-le,... jusqu'à ce qu'ils'endorme, et ne répétez ce cycle que si il a dormi. À 6:01am, faitescomme vous le faisiez par le passé.Pour moi, la partie la plus rassurante de ce plan est que les bébés seréveillent bien, heureux, pas grognons.Les trois nuits suivantesEncore une fois, les tétées pour s'endormir cessent à 11pm. Quand ils'éveille, faites-lui un calin pour quelques minutes, mais nel'allaitez pas et déposez le éveillé. Le déposez éveillé est vraimentune partie cruciale, parce qu'elle lui apprend à s'endormir avec unpeu moins de contact, et encore un peu moins... Ne pas le nourrir estun grand changement durant ces nuits. Les bébés de un an peuventfacilement passer 7 heures (ou plus) sans prendre de calories. Ilsaiment être nourris un peu pendant la nuit, mais physiquement etnutritionnellement, ce n'est pas trop long sans nourriture.Si je pouvais plusieurs fois par nuit réveiller ma femme pour qu'elleme presse un jus d'orange (ma boisson favorite) et qu'elle me frottele dos pendant que je le bois, je ne choisirais pas d'arrêter cetteroutine volontairement. Ma femme pourrait bien avoir une opiniondifférente sur la question. Les bébés abandonnent rarement leurschoses préférées- le jour comme la nuit- sans pleurer.Je n'aime vraiment pas entendre un bébé pleurer. En fait, je détesteécouter un bébé pleurer. Contrairement à eux, nous pouvons comprendrece qu'implique le manque de sommeil pour une famille de 3 membres ouplus. Les routines de sommeil doivent parfois être changées.L'incroyable sécurité et l'assurance que le lit familial a fournies etqu'il continue de fournir en fait le meilleur contexte pour que ceschangements prennent place.Pendant ces 3 nuits, certains bébés vont protester et pleurer pour 10minutes, et d'autres pour plus d'une heure. Votre enfant est conscientque vous êtes à ses côtés pour lui fournir calme et réconfort. C'estsimplement que ce n'est pas le mode de réconfort qu'il veut à cemoment. Il est difficile de l'entendre pleurer, mais ça vafonctionner. Je crois qu'un bébé aimé, après plus d'un an de litfamilial, sera l'ultime bénéficiaire du fait que ses parents dormirontmieux.À la fin de la 6ème nuit, votre bébé se rendormira sans avoir été nourri.Il se rendormira après un calin, avec votre main dans son dos et votrevoix dans son oreille.Si, à n'importe quel point dans le parcours, cela vous semble mauvais,arrêtez, attendez quelques mois, et recommencez au début. N'allez pascontre votre instinct qui vous dit que ce n'est pas le bon moment dechanger la routine de sommeil de votre enfant. Votre instinct estmeilleur que n'importe quel programme de modification du sommeil.

Les 4 nuits suivantes: Ne le prenez pas. Quand il se réveille, touchez-le, parlez-lui mais ne le prenez pas. Ne le nourrissez pas non plus. Il se rendormira. Répétez les caresses et les paroles s'il se réveille. À la fin de la9ème nuit, il se rendormira tout seul avec une petite caresse et votre voix.Après ces 10 nuits, continuez de le câliner et de le mettre au sein pour l'endormir avant 11pm, mais ne faites rien d'autre que de le caresser et lui parler par la suite. Ça pourra continuer pour quelques jours, mais occasionnellement pour une semaine ou plus. Puis ça arrête. Il a appris qu'il était tout aussi aimé, et qu'il avait tout ce qu'il voulait, tout ce dont il avait besoin toute la journée, mais qu'il devait donner à ses parents 7 heures par nuit. Qu'arrive-t-il si vous voyagez, s'il tombe malade, ou tout autre circonstance demandant un retour à plus d'interactions nocturnes? Rien. Vous faites ce que vous devez faire (le prendre, l'allaiter, le promener au milieu de la nuit) puis vous prenez quelques nuits pour revenir à votre nouvelle routine.En passant, payez votre bébé. Assurez-vous qu'il reçoit vraiment beaucoup de bénéfices du fait que vous dormiez mieux. Allez plus souvent au parc.. Faites toues les choses que vous lui aviez dit que vous feriez s'il vous laissait dormir plus longtemps. Expliquez-le lui en le faisant. Il comprendra mieux et sera plus d'accord avec tout ça.

vendredi, septembre 25 2009

La place du père

On parle beaucoup de maternage, parfois on préfère dire parentage pour inclure le père, mais jamais on ne parle de paternage. Comme si le père, seul, n'avait pas un rôle déterminant sur son enfant. Est-ce que, dans l'inconscient collectif, on pense que c'est seulement le rôle de la mère de s'occuper de son enfant, et accessoirement le père aussi, mais uniquement aux côtés de la mère...?

En tout cas, pour le co-sleeping, j'ai remarqué plusieurs choses assez incroyables à propos de la place du père.

Personnellement, je n'arrive pas à endormir ma fille autrement qu'au sein. Enfin, pour être plus claire, je n'essaie jamais autrement. Elle cherche après, et c'est souvent radical: vive les hormones de l'allaitement qui font dormir mieux que les somnifères! Je n'ai jamais si bien dormi de ma vie que depuis que j'allaite, et ma fille s'endort généralement très rapidement quand je l'allaite au lit. Et ça lui évite aussi de s'éveiller pendant la nuit; ça lui permet de passer d'une phase complète de sommeil à une autre, avec un intermède-tétée qui fait la liaison en douceur, sans pleurs.

J'en vois déjà qui vont crier "mais t'as pas peur de devenir esclave et qu'elle n'arrive JAMAIS (jamais de la vie, vous entendez bien?) à s'endormir seule?"

Moi, ma préoccupation, c'était surtout de savoir si, en mon absence, elle arriverait à bien dormir quand même. En fait, je m'en préoccupais, mais tout en me disant que ça se passerait certainement différemment, puisqu'elle n'aurait pas mon odeur maternelle à côté d'elle.

Et, effectivement, elle se comporte absolument différemment avec son papa. Je n'en revenais pas (tout en trouvant que, après tout, si, c'est normal) qu'ils fassent la grasse matinée à deux jusque souvent 11h passées... Plusieurs fois même, en rentrant du travail à 13h45, je les trouvais à peine réveillés! C'est grâce à cela que je peux affirmer qu'elle n'a pas faim la nuit. Elle ne tète donc pas parce qu'elle a l'estomac vide. Je le signale parce que beaucoup auraient tendance à me plaindre que ma fille "ne fasse pas encore ses nuits toute seule" et seraient prêts à me suggérer de l'empiffrer de nourriture le soir pour qu'elle dorme toute seule des heures et des heures d'affilée.

Fausse solution parce que: 1) J'adore dormir avec ma fille, donc je ne vois pas de raison valable de tester la capacité de contenance de son estomac sous prétexte de l'envoyer pour une nuit de sommeil non-stop (vous ne vous réveillez pas la nuit vous? Physiologiquement, c'est normal de se réveiller... on fait plusieurs cycles de sommeil de 2-3 heures chacun) 2) Le "problème" (qui n'en est pas un selon mon point de vue) qu'elle se réveille une ou deux fois par nuit, c'est juste de devoir se rendormir, en étant rassurée. Et pour être rassurée, elle a besoin soit de sa maman, soit de son papa.

Avec maman, c'est la tétée qui joue la fonction câlin rassurant.

Et avec papa, c'est quoi? La barbe!!!

Et oui, elle se rendort paisiblement en jouant avec le menton mal rasé de son père! Elle met son nez sous ses aisselles et tripote ses poils de barbe...! Bah oui, c'est ça un papa, alors elle se sent bien dans ses bras virils de père.

J'en conclus donc avec d'autant plus de force qu'un bébé a besoin de sentir la présence rassurante de ses parents. Que ce soit en tétant ou en trifouillant le visage, ou simplement en sentant l'odeur parentale. C'est magique, ça endort dans des conditions optimales, ça rassure, et ça permet de se réveiller heureux.

Puisque je parle de la place du père, je signale entre parenthèse que mon mari a dormi avec ses parents jusque ses 7 ans il me semble, puis alternativement avec son frère aîné et sa petite sœur (eh oui, le co-sleeping, ce n'est pas qu'avec les parents! ça peut aussi être avec les frères et sœurs!). Pourtant, les chambres et les lits ne manquaient pas à la maison. Il n'est donc pas opposé au co-dodo puisque pour lui, c'est normal culturellement, il n'y a pas tous les tabous et les préjugés qu'on a ici.

Et puisqu'on parle de tabou et de préjugé, en voilà un...:

Je vais prendre la parole au nom de tous les parents qui partagent le sommeil de leur enfant, et qui en ont marre de s'entendre dire que ça empêche la vie de couple. On en a raz-le-bol que les détracteurs du co-dodo prétendent que ça inhibe l'intimité. On en a assez de tous ces gens qui voient le lit nocturne comme le temple de la sexualité, comme si les nuits complètes y étaient consacrées, et qu'en plus, le le lit était un élément indispensable. Sachez, mesdames et messieurs, que la nuit est avant tout faite pour dormir (calculez le pourcentage de temps qui y est consacré au sommeil si vous ne me croyez pas). Qu'une journée est faite de 24 heures durant lesquelles on peut trouver un tas d'autres occasions. Et qu'aucune loi n'oblige à se limiter au matelas et aux draps.

Ceci étant dit, j'espère qu'on arrêtera de prendre les parents qui co-dodotent pour des grévistes forcés. Si la naissance d'un enfant interfère forcément avec le couple, en diminuant la spontanéité, ce n'est en tout cas pas le cododo qui amplifie le phénomène!

Voilà, je tenais à le dire, car c'est le préjugé-tabou qui a vraiment le plus la vie dure concernant le co-sleeping!

lundi, septembre 21 2009

Co-bain

On parle souvent du cododo lorsqu'il s'agit de partager quelque chose "d'intime" avec son enfant. Je voudrais parler cette fois d'un autre endroit où l'on peut être avec son enfant dans le cadre du maternage: la salle de bain!

Plutôt que d'abandonner ce tout petit bébé dans une baignoire trop grande pour lui, où il risque de développer des peurs à la limite de l'aqua-phobie, c'est tellement agréable de prendre son bain avec lui! Ces moments asexués sont un vrai bonheur. On joue avec l'enfant, on est avec lui dans l'eau, comme dans une bulle. Déjà enceinte, j'adorais prendre un bain et passer des heures à parler à mon bébé pas encore né. Et maintenant qu'elle est là, je continue à partager cette sérénité avec ma fille.

On a ce contact merveilleux de peau à peau, que l'on sait si important pour les bébés (dans certains pays, le peau à peau remplace les couveuses pour les prématurés!). On a le plaisir de l'eau. On peut allaiter en même temps... C'est magique. J'adore passer des heures dans le bain avec ma fille. Son papa la fait mourir de rire et l'emmène à la découverte de ce drôle d'élément qu'est l'eau. On la voit s'extasier, nous éclabousser, taper si fort de ces deux petites mains... Et c'est tellement mieux de le vivre avec elle dans la baignoire plutôt que d'y assister comme simple spectateur qui "donne le bain" par nécessité. Là, on prend le bain, et ça s'éternise. C'est vraiment génial, ça nous plaît beaucoup.

Oui, je sais, tout le monde n'a pas la chance d'avoir une baignoire! Désolée de vous faire envie, dans ce cas!