Il parait.

Ce n'est pas moi qui le dit, c'est toutes celles qui pensent ne pas faire aussi bien, et qui me détestent parce que je leur renvoie une image trop parfaite.

Waouh. Je ne sais pas trop si ça me flatte l'égo ou si ça m'exaspère. Un peu des deux.

Mode d'emploi de la mère parfaite:

- allaite à la demande, jusqu'au sevrage naturel, et ne sois pas gênée d'allaiter en public

- mets des couches lavables, ou mieux encore, ne mets pas de couches du tout à ton bébé

- porte en écharpe et renonce aux plaisirs de la poussette 4x4

- n'utilise pas de lingettes, ne nettoie qu'avec du liniment, et mieux encore, fais-le toi-même

- n'achète pas de petits pots, fais-les toi-même, et ne prends que du bio

Bon, voilà quelques grandes lignes de ce que l'on nous REPROCHE. Ça dérange les autres, que l'on fasse tout ça, parce que visiblement ça donne une image de mère sacrifiée qui fait vraiment tout parfaitement pour son enfant.

Moi, pourtant, je me trouve pleins de défauts:

- j'ai repris le travail à temps plein aux 3 mois de ma fille (contre ma volonté, mais en même temps ça m'a fait du bien quand même par moment!)

- j'oublie totalement les visites dites "obligatoires" chez le médecin, je ne connais même pas la taille de ma fille et je ne sais son poids que parce que sa grand-mère la pèse chez elle!

- je la laisse se salir à volonté et je n'ai même pas honte de la sortir en pleine rue avec des vêtements tâchés et la bouche pleine de yaourts

- elle mange du chocolat presque autant que moi

- je suis souvent trop absorbée par l'ordinateur ou la télévision pour écouter correctement ce qu'elle me dit

- je ne l'emmène pratiquement jamais au parc parce que ça m'ennuie souvent, et surtout parce qu'il fait souvent trop froid pour que j'ai envie d'aller faire un tour

Euh, je vais arrêter là, sinon ma liste va devenir tellement grande que je vais me mettre à sérieusement culpabiliser! Et comme il ne faut pas tomber dans les extrêmes...

La moralité de l'histoire? Je ne suis pas l'absolue mère parfaite, je fais de mon mieux selon mes possibilités à moi, je suis par contre la mère parfaite pour ma fille, tout simplement parce que c'est moi, sa mère. Et toutes mes qualités de mère bio/écolo/maternante, c'est simplement des choses qui me tiennent à coeur, que je fais parce que ça me plait, parce que j'aime bien, et que je le vis bien.

La culpabilité, elle est en chacun de nous, elle ne vient pas de l'autre en face. Pour illustrer: le cododo.

Il y a ceux qui disent que c'est super mauvais pour les enfants, et ceux qui ne jurent que par ça. Il y a ceux qui cododotent alors qu'ils sont persuadés que c'est mauvais: du coup, ils culpabilisent parce qu'ils ne font pas ce qu'ils pensent être bon. Il y a ceux qui font chambre à part et culpabilisent parce qu'ils entendent leur enfant pleurer à côté. Et puis il y a ceux qui font chambre à part, avec un enfant qui le vit très bien, et donc les discours pro-cododo n'émeuvent pas du tout les parents, parce qu'ils se sentent bien dans leur choix de non-cododo. Et il y a les familles comme nous, qui cododotent par choix assumé* et qui se moquent pas mal de ce qu'en pensent les psy pro-Freud et leurs théories sur l'Oedipe...

On culpabilise uniquement quand on fait quelque chose qui est contre nos propres valeurs et qu'on sait qu'on pourrait faire autrement.

Peu importe les choix qu'on fait, assumons-les et arrêtons de sermonner ceux qui font des choix opposés aux nôtres!

  • A propos de notre cododo: toujours en cours, mais plus tout à fait non plus. Ca dépend des nuits, c'est très variable. Elle est capable de passer une nuit complète hors de la maison, mais selon les jours, parfois elle passe une partie de la nuit avec l'un de nous, ou avec nous deux. Et parfois, comme ce matin, elle nous fait l'immense plaisir de débarquer à 10h du matin dans notre chambre pour venir finir la grasse mat' avec nous <3